Explication illustrée

Petite conversation pour illustrer mes propos

De manière ludique

Hé, pourquoi le titre de ton site est mal orthographié ?
On écrit ça « au fil de soie », pas « Ô fil de soi » non ?
Et grâce à ça on peut déduire que tu vends du fil de soie… Certainement originaire de chine !

Bon, il fallait bien qu’on me la fasse un jour, mais non, c’est fait exprès.
Je ne vends pas de pelotes de fil, j’aide les gens à enlever les nœuds de leur pelote personnelle. Le O représente l’homme dans sa globalité. Le but étant de bien montrer que toutes les facettes de la personne sont prises en compte. Et le jeu de mot avec soi, « au fil de soi », est là pour dire que l’on va au rythme de la personne, suivant son fil directeur.

Ok, j’ai rien compris. De quelle pelote tu parles ?

Nous avons tous notre propre vie, notre propre histoire, constituée de nos expériences émotionnelles, bien vécues ou non. C’est ce que j’appelle notre fil de vie, et la représentation en pelote, c’est juste pour donner un trait imagé.

Euh, d’accord, pourquoi pas, mais dans une pelote, ton fil il tourne un peu en rond !

Cela ne t’est jamais arrivé de reproduire encore et encore le même genre d’histoire, malgré l’envie de changer de scénario ?

Oui, bien sûr, comme beaucoup de monde, dans ma vie privée, et même parfois au boulot. Mais c’est la vie !

Et si je te disais que tu peux changer de scénario ?

Moi je veux bien, mais comment ? Je suis comme ça et c’est comme ça. C’est bien connu, chassez le naturel et il revient au galop !

D’accord, laisse-moi te donner un petit exemple :
Imagine que vers l’âge de 8 ans tu ais manqué de te noyer.

Mwouais, d’accord, ça commence mal…

Cette expérience fut assez traumatisante !

On peut supposer, oui…

De ce fait, aujourd’hui encore, tu as une profonde peur de l’eau et des réactions physiques violentes quand tu t’approches d’un lac par exemple.

Ça peut se comprendre, j’ai failli me noyer !

Oui, mais voilà où je veux en venir : si tu n’avais pas eu cet incident, tu n’aurais pas peur de l’eau.

Avec des si….

Oui, je connais ce proverbe, mais laisse-moi finir. Une expérience vécue quelle qu’elle soit, est composée de l’émotion  et des sensations résultants d’une chaîne de cause à effet. Imagine maintenant que je te propose, par l’intermédiaire d’un outil, ou d’une méthode, « d’effacer » cette émotion.

Euh, ok, qu’est-ce que ça changerait ?

Le souvenir de l’expérience, actuellement chargé, perdrait son poids, et la phobie de l’eau en lien avec cette émotion, disparaîtrait.

Ça parait pas mal, mais… C’est possible ? Tu as une « gomme à émotion » ?

Effacer l’émotion, non. Ça ne marche pas exactement comme ça. Par contre, la relâcher, pour qu’elle finisse sa vie et s’efface d’elle-même, oui, c’est tout à fait possible.

La relâcher ? Tu parles comme si mes émotions étaient captives, que je leur refusais leur liberté ?

Et bien, lorsque tu refuses de pleurer alors que quelque chose te fait mal, ou lorsque tu refrènes une colère, ou plus simplement lorsque tu refuses de dire non à quelqu’un pour te faire bien voir, alors oui, tu refuses d’exprimer l’émotion qui se présente, et tu la gardes en toi.

Alors, il suffirait que je les exprime haut et fort pour ne plus en avoir ?

Oui, et non, ce n’est pas aussi simple. Exprimer correctement les émotions qui viennent n’empêche pas d’en avoir refoulées par le passé. Cela permet de ne pas en refouler de nouvelles. Par ailleurs, quand une émotion survient, elle vibre, suivant qui elle est. Par exemple, les émotions de stress, de peur et d’angoisse se ressemblent, de même que les émotions de jugement et de colère. Et quand une angoisse monte en toi, en vibrant, elle réveille les voisines refoulées qui lui ressemblent. C’est comme ça que, à la longue, tu finis par exploser pour un rien !

Ah, c’est quand même gênant de l’apprendre maintenant, ça veut dire que pour correctement exprimer une colère, je vais devoir exprimer toutes les colères que j’ai mal vécues avant ?

On peut le dire comme ça, en effet.

Mais, si les personnes en question ne sont plus là, ou sont mortes, je ne peux plus leur exprimer cette colère, alors comment faire ?

Attention, tu n’as pas entièrement compris, le but n’est pas de rejouer la scène de colère telle qu’elle s’est produite, l’émotion peut s’exprimer autrement !

Ahhhh ouiiiii ! Tu veux dire que je n’ai qu’à déverser toute ma colère refoulée contre le prochain qui m’énerve ?

Euh…. Dans l’absolu, c’est une méthode, mais cela ne serait pas très juste envers cette personne, tu ne crois pas ?

Euh… En effet, je n’aurais pas envie que ce soit moi en face ! Mais alors comment ?

C’est assez simple en fait, mais d’abord, il faut que je t’explique ce qu’est une émotion.

Ben, c’est justement quand j’ai peur, ou que je suis en colère, par exemple.

Oui, mais là tu donnes des situations où tu éprouves des émotions, tu n’expliques pas ce qu’est une émotion.

Ah… Ben alors ?

Alors, une émotion est avant tout de l’énergie.

Comme l’électricité ?

L’électricité est une forme d’énergie, l’émotion est une énergie, plus comme ce que tu ressens quand tu t’approches d’un feu de bois.

Ben, c’est chaud, et si j’approche encore, ça brûle !

Oui, c’est ce que l’énergie du feu de bois te fait ressentir. Nous ne pouvons percevoir l’énergie autrement qu’à travers nos sens. Mais ce qui est important, c’est que l’énergie est quelque chose qui permet de bouger, soit de manière mécanique comme ouvrir une porte, soit de manière thermique en faisant bouger les atomes, comme de la vapeur d’eau.

D’accord… Et l’émotion ?

Hé bien, l’émotion donc, est avant tout une énergie qui porte en elle le signe de l’émotion. Donc par exemple ta colère est une énergie qui veut s’exprimer sous forme de colère.

Je ne vois pas bien où tu veux en venir ?

C’est simple : pour exprimer de la colère, tu peux aussi utiliser l’énergie de l’émotion. Si quand tu es en colère tu vas couper du bois pour le feu, tu l’exprimes aussi mais de manière plus constructive que de taper sur la personne.

Ahhhh, c’est super ! Alors la prochaine fois que j’ai une colère, je coupe du bois jusqu’à ne plus avoir du tout de colère ?

C’est une technique… Mais tu ne libéreras pas toute ta colère refoulée en une seule fois. Nous n’avons pas accès directement à toutes nos vieilles émotions refoulées. C’est un peu comme une pile d’assiettes sales : elles ne sont pas toutes salies pareil, et il se peut que la suivante soit encore plus sale. De même, il se peut que l’assiette présente comporte beaucoup de colère, alors que la suivante sera salie plutôt avec des remords, et la suivante encore avec de la peur. Il existe principalement sept types d’émotions, et chaque assiette est salie à sa manière.

Euh… Alors je risque de passer le restant de ma vie à faire la plonge ! Au moins je pourrais peut être manger gratis ! Mais n’empêche, je vais passer mon temps à faire ça, comment alors profiter de la vie ?

Très bonne question. Ici, je t’ai expliqué le principe de base, mais il existe des outils qui aident à nettoyer les assiettes plus vite, et plus profondément. Soit à l’aide d’exercices à faire soi même, soit par des techniques pratiquées par d’autres lors de séances.

Ahhh, c’est peut être mieux ! Et quelle technique tu proposes ?

Pour ma part, je pratique la Trame principalement.