Du Qi Gong en accompagnement de la chimiothérapie

Une synergie semble-t-il efficace

De plus en plus, médecine dite orientale, ou holistique, et médecine occidentale, dite plutôt allopathique ou traditionnelle, cohabitent au sein d’hôpitaux, pour apporter un complément aux malades, en terme par exemple de gestion de la douleur. Cette synergie ne s’arrête pas là.

Des séances de Qi Gong réduisent les effets secondaires de la chimiothérapie

Le Qi Gong, issu de la médecine chinoise, basée sur la fluidité de la circulation de l’énergie dans le corps, à été testée dans un hôpital parisien en complément de la médecine occidentale classique dans le traitement du cancer.

Plus qu’une simple gestion de la douleur ou un accompagnement émotionnel dans la maladie, il ressort de la pratique quotidienne du Qi Gong une diminution notable des effets secondaires indésirables qui sont habituels dans ce genre de traitement (nausée, perte des ongles, …). Il semblerait donc que ces techniques, plus qu’accompagner le patient dans le vécu de sa maladie, permettent aussi au corps de mieux combattre avec le traitement, en renforçant sa propre structure. Je ne peux bien entendu pas m’empêcher de faire un rapprochement avec le fonctionnement et les effets de la Trame dans son maintient d’un équilibre global pour le corps.